La migration vers la télévision numérique représente un gisement de clientèle pour le fournisseur de services de cloud computing du Kenya

Par Rebecca Wanjiku

La migration vers la télévision numérique et l’exigence réglementaire de 60 pour cent de contenu local devrait augmenter la demande pour des solutions d’hébergement locales, alors que les entreprises cherchent à réduire les coûts et à faire face à la concurrence.

Angani Limited, un fournisseur de services de cloud computing en pleine croissance du Kenya prévoit une augmentation de sa clientèle, appuyé par la migration de l’analogue vers la télévision numérique et la demande de services numériques plus rapide et abordables par les propriétaires de médias.

«Le contenu local a récemment connu une poussée d’adrénaline en raison de la migration vers la télévision numérique. Cela a incité un grand intérêt dans la production et la distribution de contenu local, tout simplement parce que, pour la première fois depuis longtemps l’obstacle à l’entrée pour la diffusion télévisuelle est très faible “, a déclaré Phares Kariuki, PDG d’Angani.

L’Autorité des communications du Kenya (CAK) a mis au point une feuille de route visant à augmenter le contenu local diffusé sur les chaînes locales à 60 pour cent en 2018 alors qu’elle n’est présentement qu’à 36 pour cent. L’Autorité a conclu un partenariat avec la Commission Kenya Film (KFC), qui est responsable pour le développement de l’industrie cinématographique locale, et le Conseil des médias du Kenya afin d’aider les investisseurs locaux pour qu’ils bénéficient des technologies de convergence.

“Afin de saisir l’occasion de réduire davantage les coûts de fonctionnement pour les diverses stations de télévision, Angani a présentement fourni une plate-forme qui permet aux producteurs de distribuer leur contenu en ligne / par télévision régulière / satellite ou câble numérique. Ceci ouvre tout un monde de possibilités pour les producteurs dont le seul mandat est maintenant la production “, a déclaré Kariuki.

L’accord entre CAK et KFC prévoit des interventions de politique collaboratives pour relever les défis auxquels sont confrontés les producteurs de contenus locaux tels que la piraterie et la concurrence malsaine des films étrangers; élaborer des normes de qualité minimales pour les programmes locaux et s’associer dans les forums pour promouvoir la croissance de la production de contenu local.

“Des partenariats mutuellement bénéfiques tels que ceux que nous avons signé aujourd’hui, vont puiser dans la force de chaque organisation et cela ira un long chemin dans la facilitation de la croissance du secteur de la radiodiffusion», a déclaré Francis Wangusi, directeur général CAK.

Le CAK travaille également avec le secteur des TIC afin d’identifier des solutions qui feront la transition vers davantage de contenu numérique étant moins coûteux, efficace et qui offriront des possibilités d’emploi.

La croissance du Point d’Echange Internet du Kenya a permis de réduire les coûts opérationnels aux transporteurs de contenu, fournisseurs d’hébergement, fournisseurs de services Internet et autres fournisseurs d’infrastructure en effectuant localement le peering.

“KIXP a fourni la plate-forme qui permet à Angani d’exister; en assurant le peering local. Nous veillons à ce que l’utilisation de l’échange soit rentable pour les fournisseurs de services Internet en leur évitant le transit international. Notre offre devient alors irrésistible pour les utilisateurs et les fournisseurs de services Internet, car ceci offre des liens à faible latence tout en économisant de l’argent des fournisseurs de services Internet, d’où l’augmentation du nombre de ses pairs et la quantité de trafic échangé au KIXP “, a ajouté Kariuki.

Un des défis est de convaincre les fournisseurs de services Internet d’ouvrir les infrastructures locales, en particulier pour les clients sauvegardant de contenu multimédia sur le cloud Angani. Les fournisseurs qui permettent des connexions libres d’infrastructure locaux ont attiré plus de clients, ce qui signifie plus de joueurs vont bientôt ouvrir une connectivité boucle locale gratuite.

Mon experience pressionnelle et ma participation à AFPIF

Je m’appelle Nico Tshintu Bakajika. Je me suis engagé dans le domaine de l’Internet en 2006 en travaillant comme secrétaire permanant pour l’association des fournisseurs d’accès Internet en République Démocratique du Congo « Internet service provider Association- Democratic Republic of Congo (ISPA-DRC). Cet engagement était motivé par le souci de voir l’Internet contribuer au développement en République Démocratique du Congo.

La mission qui m’a été confiée avait deux volets. Le premier était de tout faire pour que les opérateurs Internet parlent le même langage pour le développement de l’industrie Internet. Le deuxième volet consisté à faire accepter ISPA-DRC auprès des institutions gouvernementales en République Démocratique comme partenaire au développement de l’industrie Internet.

Cette double mission n’était pas facile par le fait que je devrais travailler avec les entreprises qui sont présent, avec les mêmes produits, sur le même marché. Elle m’a obligé de beaucoup apprendre pour :

– acquérir les connaissances relatives à l’industrie Internet et son évolution;

– me permettre d’assurer une bonne communication;

– être un vrai rassembleur, un bon négociateur, bon initiateur et gestionnaires des projets;

– appliquer la transparence.

L’accomplissement de cette mission a connu deux phases. La première phase va de la prise des fonctions jusqu’à la réalisation de quelques résultats énumérés ci-dessous et cela pendant 6 ans. A mes débuts ISPA-DRC comptait trois membres ce qui représentait à ce temps là 42% des fournisseurs des services internet sur le marché Congolais. Sous le pilotage du Comité de Gestion de ISPA-DRC, j’ai contribué à la réalisation des résultats suivants:

Au niveau interne.

– Plus de 80 % des Fournisseurs opérants en RDC sont membres de ISPA-DRC soit 8 fournisseurs;

– Les dirigeant des entreprises membres se parlent et les fournisseurs de services Internet font de l’autorégulation;

– ISPA-DRC s’est doté des textes réglementaires lui permettant de s’adapter à l’environnement local et à l’évolution technologique;

– ISPA-DRC s’est doté d’un cadre de concertation entre les différents ingénieurs Evoluant des les entreprises membres et certaines autres personnes ressources;

– L’initiation des projets d’intérêt communs comme les formations et l’implantation du point d’échange Internet.

Au niveau externe.

– ISPA-DRC a été considéré comme partenaire dans une certaines mesure par les institutions comme le ministère ayant en charge les télécommunications et le régulateur en l’associant aux travaux concourant à l’élaborations de certains  textes réglementaires  dans le secteur télécoms en RDC et l’élaboration du plan d’action pour l’avenir de Technologies de l’information et de la communication. J’ai personnel participer aux états généraux de télécoms organisée en 2010 par le ministère ayant en charge les télécommunications. Toujours la même année j’ai participé à l’élaboration du document le plan national d’action pour le développement de TIC en RDC. J’ai été l’un des délégués de ISPA-DRC aux travaux sur la rédélégation du nom de domaine .cd et aux négociations avec le gouvernement pour la suppression de certaines taxes jugées comme l’un des obstacles  au développement de l’industrie Internet en RDC.

La deuxième phase commence au deuxième trimestre de l’année 2012 jusqu’à présent. Une nouvelle véritable dynamique s’est mise en marche, ISPA-DRC compte 13 membres contrôlant ainsi plus de 89% du marché Internet en RDC. C’est la phase de la réalisation de grands projets et de la confirmation de ISPA-DRC comme véritable partenaire au développement de l’Internet au pays. Dans cette phase et avec la confiance et les moyens mise à ma disposition par le Comité de Gestion de ISPA-DRC, ma contribution a été remarquable au niveau internet comme externe par les actions suivantes:

– La participation à l’élaboration de la  charte de nommage pour la gestion du nom de domaine .cd;

– La participation à l’élaboration du mémorandum demandant la suppression de la taxe de 5% initiée par le régulateur congolais sur le prix de la bande passante;

– La participation à l’élaboration du mémorandum réclamant la suppression de l’assignation de l’Internet aux droits d’accise en RDC;

– La participation active à  la réalisation du projet KINIX par l’élaboration du projet, la recherche de fonds de démarrage, l’organisation de la visite de travail auprès de KIXP dans le but de s’inspirer du modèle Kenya de point d’échange Internet, et   de l’atelier de formation sur le BGP avec l’appui technique, pédagogique financier d’ISOC;

– La participation active à l’organisation de la formation sur IPV6 avec l’appui technique et pédagogique d’AFRINIC à Kinshasa.

Pour faire avancer l’industrie Internet tout en s’inspirant des expériences des autres, le Comité de Gestion de ISPA-DRC a pris l’option de faire participer certaines personnes ressources de ISPA-DRC aux activités d’échanges et de transferts des connaissances organisées au niveau international. C’est dans ce cadre que j’ai participé pour la première fois à l’AFPIF en 2014 à Dakar. Cette participation a été une expérience extraordinaire, elle m’a ajouté un plus dans ma façon de voir le monde de l’Internet et dans la façon de me comporter comme acteur au développement de l’industrie Internet dans mon pays.

Pendant mon secours à Dakar lors des accises d’AFPIF j’ai pu:

– assister aux communications de haut niveau sur l’avenir de l’Internet,

– assister aux communications de haut niveau sur les innovations dans le domaine de l’Internet;

– participer aux discussions sur l’avenir de peering en Afrique et dans le monde;

– assister aux communications de haut niveau sur l’avenir de la  production et du développement des contenus Internet en Afrique;

– rencontrer et échanger avec les experts en matière d’interconnexion, production et développement des contenus Internet;

– être conseillé  sur le comportement à adopter pour jouer un rôle dans le processus de développement de l’Internet dans mon pays;

– prendre contact avec les éventuels partenaires à la production, au développement et à l’hébergement des contenus Internet comme Google, AKamai, France-IX;

– prendre contact avec les experts en matière de gestion et développement des noms de domaines;

– apporter ma réflexion sur l’avenir des contenus en Afrique;

– relancer les échanges avec Google pour l’hébergement de GGC à Kinshasa.

Avec les connaissances acquises et les personnes contactés au AFPIF, je suis plus que outillé pour apporter ma contribution à la construction de l’édifice Internet en République Démocratique du Congo.

Ma participation actuelle aux travaux initiée par le Vice-premier Ministre et Ministre de PT NTIC sur les reformes des lois sur les télécoms a été remarquable par le versement des documentations de références obtenus grâce à certaines connaissances contactées au AFPIF.

Mon souhait est de voir AFPIF continuer à rassemblées les experts pour le développement de l’Internet sur le contient africain. Ma contribution à ce forum serait de partage avec les pairs africains mon expérience sur l’Interconnexion et le développement du contenu africain.

L’Afrique enregistre une augmentation importante de la production domestique de bande passante

Par Rebecca Wanjiku

Les Points d’échange Internet africains ont enregistré une forte augmentation de la production domestique de bande passante, à la suite de la croissance du partage du cache de Google, des services d’e-gouvernement, de l’infrastructure et des services d’hébergement local.

Selon Packet Clearing House (PCH), la production domestique de bande passante de l’Afrique a augmenté de 145 pour cent, passant de 113 Gigabits en avril 2014 à 277 Gigabits en avril 2015. Le nombre de points d’échange a également augmenté de 25 l’année dernière à 37 cette année, une augmentation de 48 pour cent.

“Il ya une observation générale de l’augmentation significative du trafic au niveau des IXP où les membres ont convenu de partager Google Cache et autre trafic de cache CDN; il ya aussi un trafic considérable qui est générés par les services d’e-gouvernement, et une croissance des services d’hébergement locales soutenues par la disponibilité d’infrastructure d’hébergement local “, a déclaré Michuki Mwangi,

L’IXP NAP Africa connaît l’une des croissances les plus rapides en Afrique sub-saharienne. Il dispose de trois sites en Afrique du Sud; Johannesburg (créé en 2012), Le Cap (créé en 2012) et Durban (créé en 2014). NAP Africa Johannesburg enregistre de fort trafic de 20 Gbps, Le Cap a atteint 5Gbps, tandis que Durban a atteint 100Mbps de trafic pic. Deux IXP de NAP Africa ont enregistré une croissance significative dans une période  très courte. D’autre part, l’INX geré par l’Association des ISP d’Afrique du Sud (ISPA) et également hébergé dans les centres de données à Johannesburg (JINX créé en 1996), Le Cap (CINX créé en 2009) et Durban (Dinx créé en 2012) ont également un trafic élevé au niveau de JINX (14Gbps pic) et CINX (3.8Gbps pic) selon les niveaux des régions. Cependant, il est intéressant de noter que deux installations de NAP Africa ont atteint des niveaux élevés de la trafic pendant un temps plus court par rapport à l’INX dans des endroits semblables.

“NAPAfrica est un IXP situé dans l’un des rares infrastructures de centres d’hébergement neutres vis à vis des opérateurs géré par Teraco en Afrique. En conséquence, NAPAfrica est dans un emplacement privilégié pour attirer les membres d’une gamme variée d’entreprises implantés au même endroit à l’intérieur d’infrastructures de centres d’hébergement neutres vis à vis des opérateurs. Je crois que, le facteur de centres d’hébergement neutres vis à vis des opérateurs a joué un rôle important dans la croissance impressionnante que connait NAPAfrica sur une courte période “, a ajouté Mwangi.

Considérant que la plupart des centres d’hébergement neutres vis à vis des opérateurs sont souvent servis par les principaux opérateurs, il est probable que la croissance de NAPAfrica est soutenue par sa capacité à se connecter facilement et à se relier à grande vitesse aux fournisseurs qui se trouvent à l’intérieur du centre de données, sans la nécessité de se procurer des liens supplémentaires avec les opérateurs d’infrastructure.

Selon les données préliminaires de la recherche menée par l’Association IXP Afrique (AF-IX), 35 pour cent des IXP facturent des frais de port (mensuel / annuel), qui sont considérées comme une meilleure pratique mondiale pour assurer la viabilité de l’opération de l’IXP. Cette position est renforcée par le fait que 35% des IXP qui ne facturent pas envisagent d’imposer des frais dans l’avenir. Si cela pourrait être  considéré qu’il serait certain de dire que bientôt, au moins 70% de tous les IXP de la région serait auto-suffisant et capable de se constituer en pôles régionaux.

L’enquête a également mis en évidence que la majorité des IXP (55%) ont des petits réseaux et des politiques de peering adaptées au contenu. Ces politiques semblent être en ligne avec le niveau actuel de développement où la plupart des membres de l’IXP sont de petits réseaux et cherchent à attirer des fournisseurs de contenu. Quinze pour cent des IXP ont un peering bilatéral qui est favorable à de grands réseaux qui préfèrent avoir le choix avec qui ils s’interconnectent au niveau de l’IXP. Les 30% restants des IXP répondants ont des politiques de peering moins favorables qui impose le peering pour tous les participants de l’IXP. Les politiques de peering obligatoires sont souvent favorisés par les IXP de démarrage pour développer la culture de peering. Ces politiques ont tendance à être examinés à mesure que l’IXP grandit et que les membres ont une meilleure compréhension des avantages de peering.

L’AFIX a été formé en 2013, afin de fournir un environnement favorable pour les opérateurs d’IXP et d’aider les IXP à maximiser leur valeur, pour améliorer la connectivité dans la région et accroître la valeur de l’Internet pour tous.

Même si la recherche montre qu’il y a de la croissance et de la stabilité en termes d’alimentation de secours et de sécurité dans les installations d’IXP, de nombreux IXP ont du mal à augmenter le nombre de réseaux de peering et la capacité échangés localement.

“Pour développer leur capacité, les opérateurs africains d’IXP doivent envisager d’élargir le marché cible de l’adhésion à l’IXP pour inclure un large éventail de membres non-traditionnels tels que les banques, les réseaux gouvernementaux, les médias, les universités, les réseaux de recherche et d’éducation», a déclaré Mwangi .

Avec les investissements massifs dans l’infrastructure des TIC, Mwangi affirme que les IXP doivent développer des partenariats stratégiques avec des opérateurs d’infrastructure terrestres et de câbles sous-marins pour fournir les plans appropriés pour la connectivité au centre d’IXP. Cela servira comme une incitation à relier la nouvelle gamme variée d’entreprises (locales et transfrontalières) à l’IXP et avec une plus grande capacité.

Mwangi a conclu que la croissance notable de trafic échangé au niveau des IXP est une indication claire que le potentiel de la région et le potentiel de croissance future sont tributaires de la capacité des parties prenantes à nourrir et à mettre à profit les relations nouées au sein de l’écosystème de l’IXP.

Le projet de l’Union africaine aide à établir des IXP dans six pays africains

Par Rebecca Wanjiku

Six pays africains ont mis en place des points d’échange Internet (IXP), après deux ans du projet de l’Union africaine, African Internet Exchange Système (AXIS), géré par l’Internet Society.

Dans le cadre du projet, l’Internet Society devrait fournir une formation technique aux pays membres de l’UA. L’engagement initial comporte de bâtir un processus axée sur les parties prenantes locales pour entamer le dialogue pour les pays sans IXP avec un objectif final d’établir un IXP national basé sur les meilleures pratiques mondiales. Le second volet consistait à initier un processus régional pour soutenir la croissance des IXP et des ISP nationaux existants pour qu’ils deviennent des IXP régionaux (RIXPs) et des transporteurs Internet régionaux (RICS), respectivement. La formation technique a eu lieu dans 28 pays, attirant plus de 500 participants.

“Il s’agit de la première initiative majeure en Afrique, qui a utilisé l’approche multi-parties prenantes pour la mise en œuvre des IXP. Les gouvernements ont joué un rôle de facilitation à la création d’IXP dans cinq pays où le projet été lancés en 2014 et sont activement impliqués dans la préparation de l’établissement de 3 IXP qui seront lancés en 2015. En conséquence, il ya eu plus d’IXP lancés au cours des 12 derniers mois que dans les 5 dernières années”, a déclaré Michuki Mwangi, directeur principal du développement de l’Internet Society pour l’Afrique.

Les nouveaux IXP sont en Namibie, au Burundi, au Swaziland, en Gambie, au Gabon et aux Seychelles. L’Afrique dispose actuellement de 37 IXP et selon Packet Clearing House (PCH), la production intérieure de bande passante de l’Afrique a augmenté de 145 pour cent, passant de 113 Gigabits en avril l’année dernière à 277 Gigabits en avril de cette année.

L’engagement dans les pays comprenait à réunir les représentants du gouvernement, les ISP, les operateurs de réseau de contenu, de recherche et d’éducation, entre autres susceptibles de faire du peering à l’échange. Les pays ont également reçu des formations techniques, qui comprenait une évaluation de la préparation technique pour les réseaux qui devraient participer, de la discussion sur les avantages de la mise en place d’un IXP et les avantages d’obtenir les adresses IP des ressources Internet et numéros de systèmes autonomes (ASN) d’AfriNIC.

“Les cinq ateliers au niveau régional ont atteint leur objectif, qui était d’accroître l’interconnectivité dans la région, d’encourager le développement de contenu local et de la localisation des données par la promotion des investissements dans le domaine des infrastructures d’hébergement de données et des centres de données ainsi que par des mécanismes de peering économique de distribution de contenu», a déclaré le rapport final transmis à l’UA.

En termes de disponibilité des experts techniques dans le domaine des IXP, l’Afrique est toujours considérée comme inférieure comparé à d’autres régions, ce qui signifie que la formation AXIS a produit un grand nombre d’experts.

“Le nombre de personnes formées et des pays couverts par le projet a été le plus grand que dans toute l’histoire de l’Afrique et des IXP”, ​​a déclaré Michuki Mwangi. “Grâce à ce projet, nous avons développé un pool d’experts en la matière dans la région africaine. En outre, le processus nous a permis de lier des experts régionaux et internationaux, de continuer à soutenir les pays respectifs, dans leurs efforts pour établir de l’IXP “.

L’inscription à la Conférence d’AfPIF-2015 est ouverte!

Rejoignez-nous à Maputo, Mozambique, pour la 6ème édition de la Conférence d’AfPIF du 25 au 27 août 2015. Ne manquez pas le premier évènement de peering en Afrique.

AfPIF attire les FAI, les fournisseurs de contenu, les décideurs politiques et les Points d’échange Internet au cours des trois jours d’apprentissage, de partage et de formation de réseau d’affaires en Afrique.

Jetez un coup d’œil au rapport d’AfPIF-2014 qui contient des résumés des présentations, des discussions émergeantes, des présentateurs et une liste des sponsors.

Si vous êtes intéressé à faire une présentation à cette occasion, ou à participer à une de nos tables rondes envoyez votre proposition au comité de programmation basé sur le thème et l’ordre du jour d’ AfPIf-2015, disponibles ici.

Les opportunités de parrainages sont disponibles pour promouvoir votre société à ces publiques cibles – plus de renseignements sur les parrainages sont disponibles ici.

Inscrivez-vous maintenant pour garantir votre participation – et merci de penser à vérifier votre besoin de visa pour le Mozambique.

L’Internet Society amène la Conférence d’interconnexion africaine au Mozambique

[Maputo, Mozambique – 27 février, 2015] L’Internet Society a conclu un partenariat avec le Centre Informatique de l’Université Eduardo Mondlane (CIUEM) pour mener la sixième édition annuelle du Forum africain sur le peering et l’interconnexion (AfPIF) à Maputo, au Mozambique du 25 au 27 août 2015. Conçu pour répondre aux principaux défis et opportunités en matière d’interconnexion, de peering et d’échange de trafic internet sur le continent, la conférence fourni une plateforme pour la croissance de l’infrastructure et les services de l’Internet à travers l’Afrique.

Au cours des cinq dernières années, AfPIF a réussi à produire un impact positif sur le paysage d’échange et d’interconnexion Internet en Afrique à travers le partage d’expériences, un renforcement de capacité et l’établissement de liens d’affaires. Pendant cette période, il y a eu une croissance notable en investissements et en initiatives qui ont résulté en des améliorations dans l’étendue et la qualité des interconnexions nationales et régionales.

“La région de l’Afrique australe a fait preuve de leadership dans l’établissement d’interconnexion nationale avec plus de 70% des pays de la région ayant un point d’échange Internet (IXP) et je pense que la région a une expérience à partager avec le reste de l’Afrique. Pour cette raison, nous avons le plaisir de travailler en partenariat avec le CIUEM pour l’organisation d’AfPIF-2015 au Mozambique,” a indiqué Dawit Bekele, le Directeur Régional de l’Internet Society en Afrique.

“La mise en place du point d’échange Internet de Mozambique (MozIX) en 2002 a été le résultat d’un long processus pénible, par le biais duquel quelques-uns des Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ont été peu disposé à rejoindre l’initiative telle que promue par CIUEM, apparemment dû à la manque de confiance. Actuellement, nous avons le plaisir de voir que 16 grands opérateurs sont déjà connectés à MozIX. Ainsi, en accueillant le forum d’AfPIF-2015 en Mozambique, nous sommes en quelques sortes aussi en train de fêter ces petites mais importantes étapes dans l’histoire de l’Internet dans notre pays,” a indiqué Francisco Mabila, le Directeur du CIUEM.

Dans les années précédentes AfPIF avait eu lieu au Kenya, au Ghana, en Afrique du Sud, au Maroc et au Sénégal, avec chacun des évènements ayant attiré plus de 150 personnes en provenance de plus de 30 pays.

L’Internet Society vise à faire progresser l’agenda d’Interconnexion Africain à AfPIF-2015, en ligne avec sa vision d’atteindre 80% de trafic locale et 20% de trafic Internet international d’ici l’an 2020.. L’évènement accueille des sponsors, les anciens participants ainsi que des nouveaux venant au Forum d’interconnexion pour l’Afrique qui promet d’être, au-delà d’un simple forum, un évènement plein d’opportunités pour avancer des accords de peering et d’interconnexion ainsi contribuant de manière positive aux ressources de l’Internet de l’Afrique.

Pour voire le rapport d’AfPIF de l’année précédente.

A propos de l’Internet Society

L’Internet Societyest une source fiable et indépendante pour les informations et le leadership sur la question de l’Internet à travers le monde. C’est aussi la maison organisationnelle pour l’IETF (Internet Engineering Task Force). Grace à sa vision fondée sur des principes et ses bases technologiques substantielles, l’Internet Society favorise un dialogue ouvert sur la politique, la technologie et le développement de l’Internet  parmi les utilisateurs, les compagnies, les gouvernements, et les autres organisations. En collaboration avec ses membres et Chapitres à travers le monde, l’Internet Society œuvre vers une évolution et croissance continue pour tout le monde.

Contact pour les Média: Betel Hailu, hailu@isoc.org

A propos du Centre Informatique de l’Université Eduardo Mondlane(CIUEM)

Le Centre Informatique de l’Université Eduardo Mondlane (CIUEM) a été établit en 1981, en tant qu’une petite unité technique, conçue principalement pour la fourniture de services et de soutiens liés aux TIC, ainsi que, pour conseiller et aider la gestion de l’Université dans le développement et la mise en place de la politique et de la stratégie des TIC. Cependant, avec la forte croissance de la demande pour les services technologiques et informatiques dans le pays, le Centre a été rapidement mis au défi pour fournir également ses services à d’autres entités en dehors de l’Université.

En 1992, CIUEM a été le pionnier de la première connexion Internet au Mozambique, jouant le rôle du seul FAI dans le pays jusqu’en 1996. Pendant les années suivantes, CIUEM a été impliqué dans plusieurs initiatives visant à promouvoir la sensibilisation parmi le Gouvernement et la société civile à propos de l’importance du secteur TIC en général et de l’internet en particulier. A la suite de ces campagnes de sensibilisation, le Gouvernement a approuvé la politique des TIC et la stratégie de sa mise en œuvre en 2000 et en 2002 respectivement. Dans ce processus, le CIUEM a été impliqué dans la provision de ses expertises et de ses conseils techniques.

CIUEM est l’administrateur du domaine de premier niveau “mz” et depuis 2002, gère le point d’échange Internet du Mozambique (MozIX).

Pour plus de renseignements, visitez www.ciuem.mz

Contact pour les Média: Avelino Mondlane, mondlane@uem.mz